Réalité augmentée
    François-Thibaut Pencenat

    Une oeuvre d'art contemporain à l'occasion des 900 ans de la fondation de la Ville de Haguenau.

    « Je souhaitais concevoir une œuvre mettant en scène l’image de l’eau d’une rivière en mouvement. J’ai ainsi tenté de visualiser quelle image peut produire le mouvement de l’eau d’une rivière souterraine ? Je me suis alors souvenu d’un phénomène optique bien connu de tous : le reflet de la lumière sur l’eau se réverbérant sur une surface opposée. »
    François-Thibaut Pencenat

    Un retour aux sources...

    A l’origine de la Ville de Haguenau se trouvait une île, une île formée par les bras d’une rivière et entourée de forêt.Aujourd’hui, Haguenau, qualifiée de « ville-clairière », est toujours entourée de forêt et son cœur toujours traversé par la Moder. Cependant, les aléas de l’histoire, le progrès ainsi que la nature elle-même de cette rivière sujette aux débordements, ont conduit à créer une dérivation de ses eaux, puis à l’enfouir en partie sous le sol de la cité qu’elle avait pourtant fait naître.

    Dans l’attente de voir un jour réapparaître physiquement la Moder dans ce secteur, la Ville a proposé à un artiste d’intervenir sur le lieu de cette possible future résurgence.

    Le propos artistique
    Gérard Traband, ancien président du CEAAC, ancien président de l’Agence culturelle d’Alsace, ancien conseiller régional, premier adjoint honoraire au Maire de Haguenau posait le sujet de cette future oeuvre :
    « Neuvième centenaire de la fondation de Haguenau : l’art contemporain pour faire redécouvrir l’Ile». Le lieu de la fondation de la Ville de Haguenau a disparu après la Seconde Guerre mondiale. Un bras de la Moder a été comblé au droit de la rue de la Vieille-Ile, le second a été recouvert du Moulin Neuf jusqu’au Marché aux poissons. (Adresse de la médiathèque – Parking Vieille Ile). Pour marquer à nouveau la présence de la Moder dans le paysage de la ville, il s’agirait de solliciter un ou plusieurs artistes pour concevoir une ou plusieurs installations évoquant la rivière disparue. »

    Haguenau au XVIes., plan d’ensemble en couleurs


    La sélection de l’artiste et son œuvre
    Afin de respecter le voeu de Gérard Traband, un jury composé de membres de la Ville de Haguenau et du CEAAC ont étudié les réalisations de 26 artistes d’art contemporain travaillant dans l’espace urbain et sur la thématique de l’eau. Parmi eux, 3 artistes ont retenu l’attention. Ils ont ainsi eu l’opportunité de travailler sur la résurgence symbolique de la Moder et ont présenté leur projet respectif au jury de sélection. Après délibération, François-Thibaut Pencenat a été choisi pour mettre en place son œuvre intitulée « Réalité augmentée » au square de la Vieille-Île pour les prochaines années.

    Qui est François-Thibaut PENCENAT ?

    François-Thibaut Pencenat est un artiste-plasticien né en 1982. Il vit et travaille à Paris. Diplômé de la HEAR (anciennement École Supérieure des Arts Décoratifs) de Strasbourg.
    www.francoisthibautpencenat.com

    « La démarche artistique de François-Thibaut Pencenat est caractérisée pas son aspect pluridisciplinaire. Il travaille sur l’idée de mise en scène, en instaurant un rapport entre le réel et la fiction. Ses images sont travaillées, épuisées, le lieu dans lequel se tiennent les œuvres également. François-Thibaut Pencenat crée un brouillage entre l’espace de représentation et l’espace de monstration. Les notions d’absence et d’effacement sont récurrentes dans son travail, elles interrogent notre mémoire visuelle ainsi que la rémanence de certaines formes dans l’histoire de l’art. »
    Yann Perol, critique d’art.

    L'oeuvre de François-Thibaut Pencenat : Réalité augmentée

    L'installation de l'artiste François-Thibaut Pencenat, est constituée d'un panneau noir haussé sur une structure qui le porte. Semblable à un décor ou un écran de cinéma, il suscite l'attente d'une image. Par beau temps, le soleil, projecteur naturel, anime l'écran des reflets ondoyants d'une invisible rivière.
    Par temps couvert, l'imaginaire du spectateur s'activera du manque, autre signal résurgent, ici du désir de l'apparition.

    Les réverbérations lumineuses sont artificielles. Un caisson étanche, vitré sur le haut et muni d'un miroir recouvrant le fond, est situé à la base de l'écran. Il contient une matière aqueuse agitée par un mécanisme imitant l'effet du vent à la surface de l'eau. Les rayons solaires réfléchissent, via le caisson, les miroitements du liquide sur l'écran noir. Ce phénomène optique invite le regardeur à méditer sur le cours du temps - sur ce qui est ou n’est pas - ce qui est visible ou ne l’est pas.

    Cette œuvre s’apprécie dans la durée. Elle incite à revenir pour contempler les apparitions, en capter leurs rythmes au fil de l'ensoleillement des saisons.

     

    Le Centre Européen d'Actions Artistiques Contemporaines (CEAAC)

    Fondé en 1987, le CEAAC, situé à Strasbourg, a pour vocation de développer l’art contemporain en Alsace, tant du point de vue du soutien à la création que de celui de sa diffusion. En plus des expositions accueillies au Centre d’art, le CEAAC contribue à une meilleure visibilité de l’art contemporain en favorisant des installations artistiques réparties sur tout le territoire de la région afin de présenter les projets de
    nombreux artistes.
    http://ceaac.org/

    Site Sortir à Haguenau